• Mail : thegreenseptember@gmail.com

Lumière sur…Belette Rousse

Interview Belette Rousse

Lumière sur…Belette Rousse.

Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle catégorie du blog. L’occasion pour moi de vous présenter des personnes qui méritent d’être sur le devant de la scène, a minima le temps d’un article.

 J’ai l’honneur de commencer par Adeline du blog « Belette Rousse ». A la base, Adeline, c’est une blogueuse que je lis assidûment. Passionnée d’animaux et de voyages, je me retrouve dans sa ligne éditoriale et je dévore ses articles.

Puis, nos chemins étant amenés à se croiser dans la même ville, nous nous sommes rencontrées. Authenticité, échanges, partages. C’est exactement pour ce genre de rencontre que j’ai crée ce petit coin ici. Je lui ai proposé de nous parler d’un voyage écolo qu’elle a expérimenté: le voyage à vélo et elle a accepté sans rechigner (merci encore à toi!).

Je vous laisse avec l’interview de cette blogueuse en or.

Qui es-tu Adeline?

Hello ! Je m’appelle Adeline, j’ai 27 ans, 2 chats à la maison et un pacsé sauvage qui aime dormir dans la nature. En ce moment je suis étudiante et je m’occupe en même temps de mon blog Belette Rousse. Sur mon blog je parle de voyages, dernièrement j’ai publié plusieurs articles sur mon premier voyage à vélo, d’éthique animale, avec des articles mensuels sur une espèce en particulier, et de consommation responsable, avec des tests de produits cruelty-free.

Parle nous de ce fameux voyage à vélo!

Alors, c’était mon tout premier voyage à vélo. Avec mon pacsé, Dimitri, on a décidé de partir pendant environ 3 semaines pour découvrir quelques terres celtiques : la Bretagne, les Cornouailles, le Pays de Galles, l’Irlande, l’Irlande du Nord et l’Ecosse.
On est parti de Vannes, en Bretagne et on a traversé ces différentes zones en s’arrêtant pour découvrir des sites mégalithiques, des sites historiques comme Tintagel ou des villes. En tout on a fait 1350km environ, le but était d’arriver à Edimbourg mais on a dû s’arrêter à Glasgow et aller à Edimbourg en train par manque de temps !
On a fait beaucoup de bivouacs (plus de la moitié des nuits notre périple était en bivouac), un peu en camping et un peu en auberge de jeunesse. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup hurlé, j’ai parfois pensé à me laisser crever sur le bord de la route et puis mon vélo s’est aussi légèrement autodétruit mais on a survécu tout le long du voyage

Pourquoi voyager à vélo ?

J’ai toujours voulu voyager à vélo ou à pied. L’idée d’un voyage lent me plait beaucoup parce qu’on prend vraiment le temps de voir ce qui nous entoure. Je pense que si on avait favorisé la voiture pour faire le trajet qu’on a fait on n’aurait peut-être pas vu les mêmes choses, on se serait arrêté dans des endroits plus évidents. Je pense par exemple à un site mégalithique en Bretagne, au milieu d’un champ, qu’on a découvert par hasard en sortant d’un village. On l’a vu parce qu’on n’était pas suffisamment rapide pour le rater ! J’adore ce rythme-là, même si on avait quand même une deadline pour arriver en Ecosse et prendre un avion pour rentrer, on n’a pas été soumis à l’urgence, quand on voulait s’arrêter on s’arrêtait et on profitait. Le vélo a aussi de pratique qu’il porte les affaires pour moi. Evidemment plus je suis chargée et plus c’est difficile parfois mais ça le serait peut-être plus avec un sac sur le dos, je ne peux pas dévaler les pentes aussi vite à pied qu’à vélo ! Tout ça couplé au fait que c’est un voyage qui a un faible impact sur l’environnement, pour moi c’est l’une des meilleures façons de voyager.

Quel a été ton meilleur et ton pire souvenir lors de ce périple?

J’ai beaucoup de bons et de mauvais souvenirs ! Les pistes cyclables sont toutes de merveilleux souvenirs, pouvoir s’extraire de la circulation et rouler sur une piste sans trop de dénivelé et avec un beau paysage c’est toujours fantastique même si les routes des côtes, aussi compliquées soit elles, sont vraiment sublimes ! J’ai aussi adoré tous les moments où je me glissais dans mon sac de couchage pour dormir et presque tous les matins quand il fallait repartir pour découvrir une nouvelle route, un nouvel endroit pour dormir. En fait le voyage à vélo en lui-même est un concentré de bons souvenirs. J’ai adoré tout ce que j’ai vu et j’adore aujourd’hui même les moments où j’ai haï le voyage à vélo, du genre l’arrivée à Plymouth à 22h, l’impossibilité de trouver un camping qui nous accepte à 2h du matin, la nuit blanche à côté d’une route passante, devant un champ, parce que Dimitri m’avait dit pour blaguer qu’on pourrait bien se faire écraser par un tracteur au petit matin… Toutes les fois où j’ai dû supporter un dénivelé insupportable et où je ne pensais qu’à me laisser tomber sur le bas-côté pour mourir là. Ah et puis j’ai moyennement apprécié de ne pas me laver pendant plusieurs jours d’affilé aussi, mais ça c’est mon côté précieuse.

Comment ça se prépare un voyage à vélo ?

Un peu à la salle de sport pour préparer les jambes à souffrir un peu, un peu sur une carte à rêver des endroits par où on va passer et puis beaucoup au jour le jour ! Personnellement je n’ai pas fait une préparation physique poussée, j’ai eu des courbatures de malade pendant les premiers jours et puis j’ai fini par m’habituer. Quand on n’a jamais fait de voyage à vélo on n’imagine pas du tout l’énergie mentale que ça demande, pour avancer, pour ne pas renoncer parce que c’est parfois trop dur physiquement et mentalement. Au final pour ce qui est de cette préparation-là, je ne pense pas que ce soit possible avant d’avoir connu son premier voyage à vélo. Pour la partie plus pratique, j’ai fait confiance à Dimitri, rôdé question équipement, et aux vendeurs du magasin de vélo ! Pour ce premier voyage je n’avais pris que 2 sacoches arrière. Avec le recul je pense que 2 sacoches à l’avant en plus serait judicieux, ça permet d’avoir un poids mieux réparti sur tout le vélo.

Le referais-tu ?

Oui ! Malgré les prises de tête énormes et les douleurs on a prévu de repartir cet été. Je repart à vélo entre les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne ! On n’a pas encore prévu la route exacte. On aime bien s’organiser au dernier moment, mais ça serait encore plus écolo que l’été dernier puisqu’on ne prend aucun avion ! J’ai hâte d’y être, surtout qua priori il y aura moins de dénivelé que l’année dernière !

Où retrouver Belette Rousse?

Sur Instagram, Twitter, Pinterest et ici pour son blog! Bonne visite à vous!

Voyager à vélo par Belette Rousse

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

3 commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse-email ne sera pas publiée.

CommentLuv badge